Devant l'écran, clignez des yeux !

Le clignement des yeux joue un rôle important pour tendre vers un maximum de confort lors d'un travail sur écran prolongé. En effet, des études scientifiques montre que nous diminuons la fréquence de nos clignements lors du travail sur écran. Conséquence, les yeux se dessèchent. Et la sensation de brulures apparaît. Explications

Battements des paupières et travail sur écran

Le battement des paupières permet de reconstituer le film de larmes à la surface de la cornée. Cette action est un réflexe, qui se produit normalement de manière naturelle environ 20 fois par minute. Sans ces clignements, la cornée de l'oeil se dessèche. Cela produit à la longue une sensation de brulure, bien connue de certains après une longue séance de travail sur écran. Et différentes études scientifiques le prouvent : pendant une séance sur écran, la fréquence de clignement est divisé par 5. Le nombre de battements passent de 20 à 4 par minutes.

Origine de cette baisse des clignements

La principale origine de cette baisse dans la fréquence des battements des paupières semble être la concentration requise pour le travail sur écran. Absorbé par sa tache, tout se passe comme si le cerveau « oubliait » de lancer le reflexe de clignement. Une baisse moins importante a également été observé pour la lecture de livre imprimé. L'hypothèse envisagée serait le haut niveau de concentration exigé par le travail sur écran, où l'information est très complexe, multiple, et présentée sur une très grande surface.

Facteurs aggravants

La baisse de clignement provoquée par l'écran serait donc à l'origine de l'apparition d'une forme de sécheresse oculaire. Et ce phénomène peut être aggravé par plusieurs facteurs. Dans des bureaux clos, bénéficiant d'un chauffage ou d'une climatisation pulsée, le courant d'air peut augmenter l'évaporation à la surface de la cornée. Idem lorsque l'oeil est exposé directement à la lumière du soleil, ou sous un éclairage incandescent ou halogène trop intense, qui génère des infrarouges. La mauvaise configuration du poste de travail peut donc aggraver le phénomène.

Cas des porteurs de lentilles de contact

Pour les porteurs de lentilles de contact, l’asséchement du film de larme peut avoir des répercussions importantes. En effet, pour bien fonctionner, les lentilles de contact doivent être lubrifiées par les larmes. En cas d’asséchement, le phénomène de brûlure et d'inconfort peut rapidement devenir insupportable. Dans certains cas, il faudra limiter le port de lentilles pendant le travail sur écran, et utiliser à la place des lunettes de vue adaptées.

Comment lutter ?

Puisque le clignement des yeux est un reflexe, il paraît presque impossible d'agir directement sur la fréquence des battements. Plusieurs stratégies peuvent être mise en œuvre.

  • Il faut tout d'abord en parler à son ophtalmologiste lors de son bilan visuel. Ce dernier vous indiquera vos options, en fonction de vos besoins, de votre correction et de la qualité de votre film lacrymal.
  • Pour les situations extrêmes et ponctuelles, par exemple un porteur de lentilles de contact, on pourra être amener à utiliser des larmes artificielles. Pour un travail prolongé, il faudra parfois renoncer aux lentilles de contact, et utiliser des lunettes de vue.
  • Il faudra penser à rechercher une amélioration au niveau de l'aménagement de son poste de travail : suppression des courants d'air (climatisation ou chauffage), humidificateur, suppression des sources de lumières directes et agressives.
  • Vous pourrez aussi tenter de lever les yeux de l'écran à intervalle régulier. Le simple fait de regarder autre chose que l'écran peut stimuler à nouveau le clignement des yeux. Pensez par exemple à regarder par la fenêtre, ou un objet éloigné.
  • Enfin, il faudra penser à faire des pauses régulières, au moins toutes les 2 heures. Ces quelques minutes de pause permettront – entre autres – de reprendre un rythme plus régulier de battements des paupières.

En savoir plus :